Cine-Region.fr
affiche Top Gun Maverick

Top Gun Maverick

___

Un film de Joseph Kosinski ,
Avec Tom Cruise, Miles Teller, Jennifer Connelly ,

Genre : Film d'action
Durée : 2h11
États-Unis

En Bref

Il y a 36 ans, un jeune pilote surdoué mettait en échec des MIG. Cet exploit lui valait son billet d’entrée à Top Gun, l’école des champions. La mort de son meilleur ami, Goose, laisse une empreinte profonde que le temps ne cicatrisera jamais. Nous l’avons laissé renouvelant l’exploit à la fin du film, contre les MIG, bouclant la boucle. La moto file dans le couchant, les amours passent, mais pas la peine.

Aujourd’hui le pilote rebelle refuse les promotions pour continuer à voler dans le ciel d’azur. Le contre-amiral Chester envisage de remplacer les avions par des drones, causant moins de pertes de pilotes. Une fois de plus, dans un dernier essai poussant un prototype à Mach10, Maverick se retrouve à Top Gun comme instructeur. La boucle est de nouveau ouverte. La moto file vers l’école des cadors de l’aviation. Il doit préparer les meilleurs pour une mission impossible, détruire un site de transformation nucléaire. Il retrouve quelques vieilles connaissances, le fils de Goose, Rooster, Penny Benjamin. On peut compter sur Maverick pour que rien ne file en suivant les règles. Cette fois, il ne pourra peut-être pas échapper à son destin. Pour l’instant, le F18 file comme une flèche vers sa cible.


En 1986, le jeune Tom Cruise passe d’un film de Ridley Scott Legend à celui de son frère, Tony Scott. Il subit une préparation intense qui lui donnera le goût du pilotage. Pour le nouveau volet, 36 ans plus tard, les acteurs seront mieux préparés physiquement à endosser leur rôle. Top Gun est pari fou et les débuts d’un réalisateur qui, avec un mini scénario, construit une légende. Il lance la carrière des producteurs de Tony Scott, réputés pour leurs blockbusters intelligents. C’est le point de départ pour Tom Cruise, un jeune acteur prometteur qui s’illustrait dans des rôles de jeune premier.

Le cinéma en général est un reflet de la société, de ses espérances à ses inquiétudes. Dans le premier Top Gun, la guerre froide laissait quelques traces, le Mur n’était pas tombé et la Russie était encore perçue un ennemi potentiel. Top Gun est un hommage à la Marine, ses pilotes décollant des porte-avions pour protéger l’Amérique. C’était l’occasion pour Tony Scott de montrer son savoir-faire, que l’on retrouvera souvent dans les productions de Jerry Bruckheimer, « Mr blockbuster ». Derrière l’action se cache une réflexion plus profonde, entre l’humain et son implication dans le chant du monde et l’histoire de ce dernier. Il suffit de quelques traits pour donner consistance au personnage.

Aujourd’hui la menace prend le visage du terrorisme, voire de l’Iran, le nouveau diable. Le film se construit à la gloire des nouveaux héros et plus particulièrement de l’Indomptable Maverick. Pour Maverick, c’est le fils d’un héros, le poids de la mort d’un ami, un amour impossible avec Charlie. C’est parfois dans les détails, un bout de conversation sans importance, que se trouvent les réponses. Par exemple, Penny n’apparaît pas dans le premier, mais est citée à deux reprises. C’est Meg Ryan, qui n’est pas encore la Sally de Quand Harry rencontre Sally, dans une conversation entre filles.

« Tu sais, c’est lui qui m’a dit comment tu t’étais mis sur orbite un soir avec Penny Benjamin… Eh oui, Goose me parle de toutes tes bonnes fortunes ! »

Dans le premier volet, à la fin, le jeune pilote devenait instructeur, mais toujours aussi rebelle. Dans Top Gun Maverick, il rentre dans les rangs en acceptant de fonder une famille avec la fille de l’amiral Penny Benjamin. Dans les deux films, il est la figure du héros à l’image des Pères fondateurs. Il refuse la fin d’un monde, comme Kirk Douglas dans Seuls sont les indomptés (1962). Dans Top Gun Maverick, le héros change. Il n’est plus ce pionnier qui défriche le monde.

 Il est celui qui fonde sur cet espace une famille et un avenir d’espérance. C’est peut-être ce qui fait en partie de Top Gun un film culte. Il valorise les valeurs d’une Amérique utopique, rêvée. Les séquences de vol, dans le premier volet, étaient spectaculaires. Dans le second, elles nous proposent, grâce aux nouvelles technologies, une immersion complète, impressionnante. C’est peut-être les débuts du cinéma de demain, de préférence en Imax et 4DX.

Patrick Van Langhenhoven

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


Titre original : Top Gun: Maverick

    Réalisation : Joseph Kosinski

    Scénario : Ehren Kruger, Eric Warren Singer et Christopher McQuarrie, d'après les personnages créés par Jim Cash et Jack Epps Jr.

    Musique et chansons originales : Lorne Balfe, Harold Faltermeyer, Hans Zimmer et Lady Gaga

    Direction artistique : Jeremy Hindle

    Décors : Jared Patrick Gerbig, David Meyer, Lauren E. Polizzi, Aja Kai Rowley et Clint Wallace

    Costumes : Marlene Stewart

    Photographie : Claudio Miranda

    Montage : Eddie Hamilton

    Production : Jerry Bruckheimer, Tom Cruise, David Ellison et Christopher McQuarrie

    Production déléguée : Edward Cheng, Dana Goldberg, Don Granger, Tommy Harper, Chad Oman et Mike Stenson

    Sociétés de production : Paramount Pictures, Skydance Media, Don Simpson/Jerry Bruckheimer Films et Tencent Pictures

    Société de distribution : Paramount Pictures (États-Unis et France)

    Budget : 140 000 000 dollars

    Pays de production : États-Unis

    Langue originale : anglais

    Format : couleur

    Genre : action, drame, guerre

    Durée : 131 minutes

    Dates de sortie : 18 mai 2022 (festival de Cannes) 25 mai 2022 (sortie nationale)

Distribution

    Tom Cruise (VF : Jean-Philippe Puymartin) : le capitaine de vaisseau Pete « Maverick » Mitchell

    Miles Teller (VF : Donald Reignoux) : le lieutenant de vaisseau Bradley « Rooster » Bradshaw

    Jennifer Connelly (VF : Odile Cohen) : Penny Benjamin

    Jon Hamm (VF : Jérémie Covillault) : le vice-amiral Beau « Cyclone » Simpson

    Glen Powell (VF : Julien Allouf) : le lieutenant de vaisseau Jake « Hangman » Seresin

    Lewis Pullman (VF : Hugo Brunswick) : le lieutenant de vaisseau Robert « Bob » Floyd

    Ed Harris (VF : Philippe Catoire) : le contre-amiral Chester « Hammer » Cain

    Val Kilmer (VF : Philippe Vincent) : l'amiral Tom « Iceman » Kazansky

    Monica Barbaro (VF : Laetitia Coryn) : le lieutenant de vaisseau Natasha « Phoenix » Trace

    Charles Parnell (VF : Frantz Confiac) : le contre-amiral Solomon « Warlock » Bates

    Jay Ellis (VF : Mohad Sanou) : le lieutenant de vaisseau Reuben « Payback » Fitch

    Danny Ramirez : le lieutenant de vaisseau Mickey « Fanboy » Garcia

    Greg Davis (VF : Namakan Koné) : le lieutenant de vaisseau Javy « Coyote » Machado

    Manny Jacinto (VF : Alexandre Nguyen) : Fritz

    Bashir Salahuddin (VF : Baptiste Marc) : Bernie « Hondo » Coleman

    Jake Picking : lieutenant Brigham « Harvard » Lennox

    Raymond Lee : lieutenant Logan « Yale » Lee

    Jean Louisa Kelly (VF : Céline Duhamel) : Sarah Kazansky

    Anthony Edwards : Nick « Goose » Bradshaw (caméo photographie + images d'archives du premier film)

    Lyliana Wray : Amelia Benjamin

    Bob Stephenson : le général Edward Clayton, chef d'État-Major des armées

    Anush Bhavik : Ramjett Kaur

    Chelsea Harris : Angela Burke