Cine-Region.fr
affiche La Petite bande

La Petite bande

___

Un film de Pierre Salvadori,
Avec Paul Belhoste, Mathys Clodion-Gines, Aymé Medeville ,

Genre : Comédie
Durée : 1h48
France

En Bref

Cat, Fouad, Antoine et Sami, 12 ans et déjà des convictions bien ancrées sur l’avenir de notre société. Ils décident de sauver leur petite ville de l’usine polluant la rivière calme et tranquille. Les motivations de ce combat écologique et citoyen sont variables d’un individu à l’autre. Cat et Fouad s’engagent dans un combat vert pour un monde meilleur. Sami en pince pour la seule fille du groupe et entraine son pote Antoine. Ils élaborent un plan simple et sans faille qui rencontre quelques petits soucis. Il faut accepter un cinquième larron quand le plan part en vrille. Aimé rêve d’entrer dans une bande et d’avoir des amis avec qui partager les choses de la vie. Ça tombe bien, il manque un compagnon de lutte à la petite bande. Peu à peu nos cinq loustics s’aperçoivent que rien ne va plus et faire sauter le pollueur s’avère bien plus complexe qu’imaginé. Cerise sur le gâteau, nos petits larrons se retrouvent avec un kidnapping en plus de leurs méfaits. Sous la pression, ils résistent, s’apercevant que les motivations des uns et des autres sont plus complexes que le simple combat écologique. Ils sont bien partis pour la case prison sans passer par celle du départ.


Pierre Salvadori regarde le monde à travers la comédie, s’amusant de nos petits travers pour mieux les décortiquer. Depuis Cible émouvante, nous retrouvons des personnages perdus en quête d’un monde meilleur. Ils essayent souvent de s’adapter au monde qui ne les comprend pas toujours. C’est le cas du narrateur, Aimé, mélange de personnage et du réalisateur lui-même. Il est un peu rêveur, décalé, maltraité par les durs du collège, il cherche juste l’amitié. Sans être surréalistes, les films de Salvadori sont souvent empreints de bizarre, d’étrange, comme cette faille dans le mur de Dans la cour, la mythomane de Comme elle respire, une lettre d’amour de Vrais mensonges, etc.

 La petite bande est surtout l’occasion de parler de la fin de l’adolescence pour ce pays des adultes qui apparaît au loin. C’est ce passage et les difficultés qu’ils rencontrent qui les transforment. À la fin de la quête, ils auront un pied dans l’âge adulte. Peu à peu, les raisons des uns et des autres se dévoilent, montrant que derrière l’usine polluante à effacer se cache d’autres blessures. Ils devront se confronter à de nouveaux sentiments plus complexes, l’amour, l’amitié, l’engagement écologique. L’image des parents que l’on entraperçoit est souvent celle d’adultes fracturés, blessés, autoritaires. Ils apprendront que les choses ne sont pas si simples et que le monde possède bien plus de nuances. La petite bande est un film d’apprentissage, d’initiation à la vie sans perdre ses convictions profondes.

 Autour d’eux, les adultes semblent jeter l’éponge, abandonner leurs rêves. Derrière l’action écologique se cache un film sur les années collège, avant la cour des grands. La mise en scène reste classique avec quelques moments oniriques et un beau regard sur les super héros. C’est donc ailleurs que dans la forme qu’il faut chercher. C’est à travers le regard sur l’adolescence, juste et plein de tendresse mais sans angélisme que pose le réalisateur que le film trouve son énergie. La comédie des mots et des situations cocasses ne masque pas un regard sur notre société propre à toute sa filmographie. Paul Belhoste, dans le rôle d’Aimé, est la bonne surprise, un futur acteur à suivre. Derrière son générique volontairement enfantin, son côté Club des cinq, évasion et aventure, La petite bande nous interroge sur le monde d’aujourd’hui ainsi que sur la relation parents enfants. 

Patrick Van Langhenhoven

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


Titre : La Petite Bande

    Réalisation : Pierre Salvadori

    Scénario : Pierre Salvadori et Benoît Graffin

    Musique : Pierre Gambini

    Photographie : Julien Poupard

    Montage : François Maurel

    Décors : Michel Barthélémy

    Son : François Maurel

    Production : Philippe Martin et David Thion

    Société de production : Les Films Pelléas

    Coproduction : Tovo Films, Gaumont, France 2

    Sociétés de distribution : Gaumont (France), JMH Distributions SA (Suisse romande)

    Pays de production : France

    Langue originale : français

    Genre : comédie

    Durée : 106 minutes

    Format : couleur

    Dates de sortie : 20 juillet 2022 Distribution

Distribution

    Aymé Medeville : Antoine

    Mathys Clodion-Gines : Fouad

    Colombe Schmidt : Cat

    Paul Belhoste : Aimé

    Redwan Sellam : Sami

    Jean-Max Lhuillier : Gendarme

    Laurent Capelluto : Le patron

    Pio Marmaï