Cine-Region.fr
affiche Free guy

Free guy

___

Un film de Shawn Levy,
Avec Ryan Reynolds, Jodie Comer, Lil Rel Howery,

Genre : Science-fiction
Durée : 1h55
États-Unis

En Bref

Dans le jeu vidéo Free City, tout est possible. Vous n’avez rien à craindre et pouvez commettre toutes les exactions passant par votre sale petite caboche. Braquer une banque, déglinguer un passant qui vous déplait, bref ! Il suffit de laisser parler vos mauvais penchants pour vous éclater. Les personnages non-joueurs, en raccourci PNJ, subissent votre vindicte sans broncher. Chaque matin Guy se réveille, dit bonjour à son poisson rouge et part à la banque pour se faire dessouder avec le sourire. Le lendemain, tout recommence pour la joie des joueurs dans ce monde virtuel. Quand Guy croise le regard de l’avatar de Millie, Molotov Girl, sa vie bascule. Elle est en quête d’un code secret volé par Antwan. Ce dernier est à la base de Free City et bientôt de sa version deux, encore plus destroy. La pauvre Millie, avec sa quête d’une aiguille dans une botte de foin, possède peu de chances de réussite. Pourtant, un léger changement dans le jeu transforme la partie. Guy se met à rêver de la belle Molotov, dépasse sa condition de PNJ, découvrant le libre arbitre. Devenu vedette sur les réseaux sociaux, sa quête d’un amour impossible et au passage de châtier le méchant est bien partie pour réussir.  


« Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? » Alphonse Lamartine

Dans les années 1820, Lamartine se demandait si les objets avaient une âme. Aujourd’hui, il nous dirait « Intelligence artificielle animée, avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? » C’est le postulat d’entrée de jeu derrière une comédie de science-fiction d’action, une réflexion sur l’amour et la pensée sans contrôle de l’IA. Ce n’est pas nouveau. Déjà dans 2001 l’Odyssée de l’espace, Kubrick, à travers l’ordinateur Hal se posait la question. Elle est toujours d’actualité. Ryan Reynolds suggère que le personnage, au départ cynique, de Guy est plutôt un mec cool et sympa. Cela change la version de départ, avec une bonne dose d’humour, de second degré et un clin d’œil à l’univers des geeks, Disney, Pixar, la pop culture, le monde de Spielberg.

On lorgne du côté des jeux vidéo avec ses codes et des films comme Ready Player One. Zack Penn, l’un des scénaristes, était chargé d’adapter le roman d’Ernest Cline pour Spielberg. Les passerelles entre les genres sont nombreuses et donnent un petit côté jeu des sept erreurs dans sa quête des références. Elle se retrouve non seulement dans l’histoire mais dans tous les coins de rue. On pourra croiser un personnage jailli de ces univers. À la fin, celui de Dude est un croisement caricatural entre Arnold Schwarzenegger et Hulk. Les ficelles sont parfois simples comme Ryan Reynolds surfant sur son personnage à la Deadpool, candide naïf, nigaud au grand cœur. Taika Waititi est en roue libre dans un cabotinage exagéré d’un patron de jeu vidéo cynique.

Le tout ne dessert pas forcément cette virée virtuelle dans une bacchanale à la Dionysos. Shawn Levy le réalisateur,  producteur et réalisateur d’un épisode de l’excellente saga Stranger Things, Real Steel compense et tempère cette envolée délirante. Il est aidé par le personnage de Jodie Comer un peu plus sage. Cette comédie aux allures naïves remplit pleinement son contrat, nous entrainer dans une histoire où l’amour a le dernier mot. C’est presque une comédie romantique dont déjà un deuxième volet est en préparation et ce n’est pas pour nous déplaire.

Patrick Van Langhenhoven.

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


    Titre original et français : Free Guy

    Titre québécois : L'Homme libre (initialement Libérer Guy)

    Réalisation : Shawn Levy

    Scénario : Matt Lieberman et Zak Penn, d'après une histoire de Matt Lieberman

    Direction artistique : Beat Frutiger

    Décors : Ethan Tobman

    Costumes : Marlene Stewart

    Photographie : George Richmond

    Montage : Dean Zimmerman

    Musique : Christophe Beck

    Production : Greg Berlanti, Adam Kolbrenner, Shawn Levy, Ryan Reynolds et Sarah Schechter

    Production déléguée : George Dewey, Dan Levine, Josh McLaglen et Mary McLaglen

    Sociétés de production : 21 Laps Entertainment, Berlanti Productions, Maximum Effort et Lit Entertainment Group

    Société de distribution : 20th Century Studios

    Budget : 100 000 000−125 000 000 $4

    Pays de production : États-Unis

    Langue originale : anglais

    Format : couleur — 2,39:1

    Genre : comédie, action, science-fiction, aventures

    Durée : 115 minutes

    Dates de sortie : 11 août 2021

Distribution

    Ryan Reynolds (VF : Pierre Tessier) : Guy / Dude (capture faciale)

    Jodie Comer (VF : Olivia Luccioni) : Millie Rusk / Molotov Girl 6

    Joe Keery (VF : Clément Moreau) : Walter « Keys » McKey

    Lil Rel Howery (VF : Diouc Koma) : Buddy

    Utkarsh Ambudkar (VF : Sonny Tongsamouth) : Mouser 7

    Taika Waititi (VF : Stéphane Ronchewski) : Antwan Hovachelik8,2

    Camille Kostek : La bombasse (Bombshell en VO) 9

    Channing Tatum (VF : Axel Kiener) : Revenjamin Buttons

    Jacksepticeye : Q*bert

    Aaron Reed : Dude (capture de mouvements)

    Britne Olford : Missy la serveuse (Barista en VO)

    Tyler « Ninja » Blevins : lui-même