Cine-Region.fr
affiche Toy Story 4

Toy Story 4

___

Un film de Josh Cooley ,
Avec Jean-Philippe Puymartin, Richard Darbois, Pierre Niney,

Genre : Film d'animation
Durée : 1h40
États-Unis

En Bref

Woody passe du cœur d’Andy, devenu grand, à celui de Bonnie, une petite fille pleine d’énergie. C’est le temps de l’oubli, quand les enfants délaissent les premiers jouets, pour d’autres prenant une nouvelle place dans leur âme. Notre petit cow-boy au grand cœur se retrouve dans le fond du placard. Il ne cultive aucune colère, toujours prêt à se lancer dans une nouvelle aventure pour venir en aide. Il accueille avec tendresse le nouveau venu, Fourchette, transformé par Bonnie en un jouet merveilleux. Quand ce dernier tombe du camping-car, il n’hésite pas une seconde à lui porter secours. C’est ainsi que Fourchette, qui ne se sent pas l’âme d’un jouet et Woody finissent dans le magasin d’une vieille antiquaire.

Ils rencontrent Gabby Gabby, une poupée ancienne se révélant sournoise et cruelle. Jouet délaissé à cause d’un mauvais fonctionnement, elle convoite la boite vocale de notre petit cow-boy. Elle connaîtra enfin le bonheur d’être aimée par un enfant. Woody fera tout pour sauver Fourchette, prisonnier de la méchante poupée. Il pourra compter sur l’appui des ses amis, d’une ancienne petite bergère de retour et de deux nouveaux complices, Ducky et Bunny. À la fin de cette histoire, il comprendra qu’un nouveau monde s’offre à lui. Il suffit juste de sortir du placard pour vivre de nouvelles aventures et découvrir le bien le plus précieux du monde.


Rashida Jones, la comédienne, productrice, réalisatrice et scénariste, créditée comme créatrice de l’histoire abandonne le projet suite à des « différends philosophiques ». C’est peut-être ce qui explique le changement de ton entre les deux parties de l’histoire. Le film débute sur l’univers des jouets et une nouvelle question sur leur sort. Que deviennent-ils, une fois délaissés par les enfants ? C’est l’oubli dans le placard qui les attend. C’est aussi ces jouets que l’on fabrique de bric et de broc, devenant nos âmes sœurs. C’est ainsi qu’apparaît un nouveau venu, Fourchette. Ce dernier suit un parcours initiatique identitaire qui l’amène à prendre conscience qu’il n’est plus un rebut de la société bon pour la poubelle. Nous retrouvons le thème cher à la saga, celui de la différence, auquel se rajoute la lassitude et la dépression.

Cette première partie se montre plus sociale et identitaire. Dans la seconde, liée par un voyage en camping-car, Josh Cooley s’amuse avec les films de genre. En effet, le road movie prend des allures de comédie romantique, film de braquage, fantastique, avec une course poursuite finale surprenante. Il réinvente la saga, lui donne de nouvelles pistes en jouant sur les degrés de lecture. Ce sont des clins d’œil à Shining, Chucky, Mad Max, la fête foraineau cinéma de genre avec un cascadeur canadien désopilant, et bien d’autres. Dans ce paysage, de nouvelles figures apparaissent comme ce duo prisonnier de la fête foraine. Ils aimeraient être choisis pour vivre une vie de jouet, aimé et choyés. Toy Story 4 se fait plus existentiel dans une seconde lecture, offrant aux parents une réflexion sur les choix de notre existence.

Woody se retrouve face à un dilemme important, celui de grandir, de quitter l’enfance pour le monde des adultes. Le réalisateur évite le film de trop et propose un regard pour les nouveaux venus et pour les plus anciens devenu grands. C’est le moment des engagements et de la construction d’une nouvelle famille. C’est quitter le placard, lieu fermé pour l’immensité du monde à prendre à pleines mains. C’est en cela que le film offre une nouvelle voie, s’émancipe de l’enfance pour invoquer une autre route. Josh Cooley évite le film de trop, clôture, en explorant de nouvelles pistes, l’univers des jouets. Il faudra bien un moment laisser l’ours en peluche, la poupée, le Buzz l’Éclair, le Woody sur l’étagère. Il nous restera au fond du cœur les mondes inventés dans nos jeux  pour guider l’adulte que nous sommes devenus. C’est une belle manière de mettre un point final à une histoire qui nous bercera encore longtemps.

 Patrick Van Langhenhoven

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


Titre original et français : Toy Story 4

    Titre québécois : Histoire de jouets 4

    Réalisation : Josh Cooley

    Scénario : Stephany Folsom

    Musique et chansons : Randy Newman

        Version française interprétée par Charlélie Couture

    Production : Jonas Rivera et Mark Nielsen

    Sociétés de production : Pixar Animation Studios et Walt Disney Pictures

    Distribution : Walt Disney Studios Distribution

    Pays d'origine : États-Unis

    Dates de sortie : 26 juin 2019

Distribution

Voix originales

    Tom Hanks : Woody4

    Tim Allen : Buzz Lightyear5 (Buzz l'Éclair)

    Joan Cusack : Jessie6

    Annie Potts : Bo Peep4 (La Bergère)

    Blake Clark : Slinky Dog7 (Zig-Zag)

    Don Rickles : M. Potato Head6 (M. Patate)

    Estelle Harris : Mrs. Potato Head8

    John Ratzenberger : Hamm9 (Bayonne)

    Wallace Shawn : Rex8

    Jeff Pidgeon : Aliens7

    Kristen Schaal : Trixie10

    Bonnie Hunt : Dolly11

    Timothy Dalton : M. Pickleplants12

    Jeff Garlin : Buttercup13

    Lori Alan : Mme Anderson7

    Tony Hale : Forky14,15 (Fourchette)

    Keegan-Michael Key et Jordan Peele : Ducky et Bunny16,17

    Keanu Reeves18 : Duke Caboom

Voix françaises

    Jean-Philippe Puymartin : le shérif Woody

    Richard Darbois : Buzz l'Éclair

    Audrey Fleurot : Bo, la bergère

    Pierre Niney : Fourchette

    Jamel Debbouze : Ducky

    Juliette Davis : Bonnie

    Angèle : Gabby Gabby

    Franck Gastambide : Bunny

    Marc Arnaud : Duke Caboom

    Ariane Aggiage : Giggle McDimples

    Guillaume Lebon : le père de Bonnie

    Rafaèle Moutier : la mère de Bonnie

    Barbara Tissier : Jessie

    Brigitte Virtudes : Dolly

    Nathalie Bienaimé : Trixie

    Emily Davis : Bi, Bop et Loula

    Henri Guybet : Rex

    Patrick Prejean : Bayonne

    Jean-Loup Horwitz : Zig-Zag

    Françoise Pavy : Margaret, la propriétaire du magasin

    Serge Biavan : Commando Carl

    Charlotte Clin : Harmony

    Jean-Pierre Denys : Monsieur Patate

    Mathias Timsit : Bouton d'or

    Lior Chabbat : la fillette perdue

    Aloïs Agaësse-Mahieu : Andy jeune et adolescent

    Alexia Papineschi : Wendy

    Michèle Bardollet : Madame Patate

    Isabelle Ganz : la mère d'Andy

    Pascal Casanova : Fanfan l'éléphant

    Philippe Catoire : l'Ancien

    Virginie Caliari : Carol Sanchez

    Boris Agendanou : Éric Hochet

    Vincent Bonnasseau : Carl Rhinoféroce et les Aliens

    Grégory Quidel : Axel le forain

    Aude Saintier : mère d'Harmony et Karen Beverly

    Jean-Pierre Michael : Mr. Labrosse

    Simon Volodine : le présentateur TV de Duke Caboom

    voix additionnelles : Emily Delahunty, Islie Hirvonen, Maddy Hirvonen, Jamie McLean, Austin Abell, Nicholas Holmes, Laird Scaber, Tyson Venegas, Christine Chatelain, Julia Benson, Eliza Norbury, Rondel Reynoldson, Elysha Jackson, Allyson Grant, Alistair Abell, Brian Dobson, Daniel Bacon, Jason Simpson, Cardi Wong, Alan Silverman, Victoire Pauwels , Simon Faliu , Paloma Josso, Peggy Martineau, Camille Timmerman et Claude Perron.

    Chœurs : Olivier Constantin , Richard Rossignol , Sébastien Valter, Magali Bonfils, Barbara Beretta et Méry Lanzafame.