Cine-Region.fr
affiche Mon Garçon

Mon Garçon

___

Un film de Christian Carion ,
Avec Guillaume Canet, Mélanie Laurent, Olivier De Benoist,

Genre : Thriller
Durée : 1h24
France

En Bref

Julien consacre sa vie à son métier, négligeant sa femme et son fils qui tentent de refaire une nouvelle vie sans lui. Lui parcourt le monde, elle s’installe avec Grégoire pour rebâtir un monde paisible. Tout change quand Marie, en larmes, l’appelle au secours, leur petit garçon a disparu pendant un camp de vacances. Cette fois son métier passera après. Il est temps d’assumer son rôle de père. Sur place il découvre une situation chaotique, la douleur de Marie, désespérée, et le silence des autorités. Julien décide de se lancer lui-même sur la piste. La douleur l’entraine dans des sombres territoires qu’il ignorait. Il devient un homme capable de tout pour retrouver l’amour de sa vie. Plus il avance sur la trace des ravisseurs, plus il devient le père qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être. Que trouvera-t-il au bout de la piste, la vie ou la mort de l’innocence ? Le sentiment d’être un père, mais est-ce qu’il ne sera pas trop tard ?


 Christian Carion a toujours placé la famille au centre de ses récits, depuis Une hirondelle a fait le printemps, jusqu’à En mai fait ce qu’il te plait. La figure du père n’est jamais absente du récit parfois même au cœur de celui-ci, comme avec Michel Serrault, père de substitution, ou Émir Kusturica prêt à trahir pour sa famille. Elle prend au départ celle de l’absence, Julien, Guillaume Canet, privilégie son métier à sa famille. La quête de son fils est celle aussi du rôle de père. Toute la route que parcourt le personnage principal l’amène à comprendre enfin celui-ci et le poids de son absence. Christian Carion joue de toutes les notes sur une trame assez simple. Guillaume Canet passe par toutes les couleurs, les douleurs, fautif, fausses pistes, hasard. Il ne construit pas un justicier dans la ville, mais un homme ordinaire porté par son amour pour son fils. C’est le cœur du cinéma de Christian Carion, prendre la route de la vérité au cœur de la fiction. Performance d’acteur, Guillaume Canet part sans aucun scénario. Il emporte le film dans la direction qu’imposent ses propres actions.

Christian Carion nous précise lors de notre rencontre que dans l’ensemble, il suit la trame imaginée. Les autres acteurs répètent leur rôle en imaginant les différentes possibilités. Les dialogues bougent avec le mouvement de l’acteur et ses réactions. Film expérimental, performance d’acteur et technique, il n’était pas évident de réussir. Le film se tourne dans l’ordre chronologique et choisit même le pari de plans et d’une photographie soignés. C’est dans le décor du Vercors, en seulement six jours intenses, qu’il réalise cet exploit. La nature devient un autre personnage et un moyen de s’offrir des plans de coupe en renforçant l’atmosphère tendue ou sombre. Au départ, Christian Carion donne rendez-vous gare de Lyon à Guillaume Canet et lui remet un portable. Auparavant, comme il nous le livre dans l’interview, il prépare une valise prenant bien soin de brouiller les pistes.

Pour éviter les fuites avec les autres acteurs, il sera logé dans un hôtel séparé et il rejoint chaque matin le tournage sans autre plan que le déroulement de la journée précédente. Il y aura juste une petite entorse à la fin où il connaît la dernière séquence. Les deux hommes se connaissent depuis longtemps, ils ont déjà tourné trois films ensemble ce qui facilite l’osmose. Le film démarre de façon intimiste pour s’emballer comme une pierre dévalant la montagne. La caméra le suit, faisant corps avec sa quête de retrouver son enfant. Il n’existe pas de désir de vengeance, de règlement de compte, d’autodéfense. C’est un père emporté par sa traque pour retrouver son fils vivant avec le temps pour ennemi.

Patrick Van Langhenhoven

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


    Titre original : Mon garçon

    Réalisation : Christian Carion

    Scénario : Christian Carion

    Costumes : Sarah Topalian

    Photographie : Éric Dumont

    Montage : Loïc Lallemand

    Musique : Laurent Perez del Mar

    Producteur : Philip Boëffard et Christophe Rossignon

    Production : Nord-Ouest Films, Une Hirondelle Production, Caneo Films, Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma et CN6 Productions

    Distribution : Diaphana Distribution

    Pays d’origine : France

    Format : couleur

    Genre : Thriller

    Durée : 90 minutes

    Dates de sortie : 20 septembre 2017

Distribution

    Guillaume Canet

    Mélanie Laurent

    Olivier de Benoist

    Marc Robert : le chef des ravisseurs