Cine-Region.fr
affiche Le Caire Confidentiel

Le Caire Confidentiel

___

Un film de Tarik Saleh ,
Avec Fares Fares, Mari Malek, Yasser Ali Maher,

Genre : Policier
Durée : 1h50
Suède

En Bref

Noureddine Kamal est inspecteur au cœur des rues du Caire. Comme les autres, il touche sa part en sous main de petits trafics en tout genre et ne fais pas de vague. C’est son oncle Kamal Mostafa qui dirige le commissariat supervisant cette règle du pot de vin institutionnalisé. Le meurtre de Lallena une jeune chanteuse transforme Noureddine, le ramène peut être à la raison du bien contre le mal. Elle finit par l’obséder, rentrer dans son âme, sollicitant la vérité et le châtiment des coupables. Dehors, la foule bouge, murmure et n’est peut être pas innocente à son changement, ou la jolie Gina, amie de la victime ? Très vite il soupçonne un député entrepreneur proche du président Moubarak.

La chaleur du désert semble envahir les rues et les esprits s’échauffent, se libèrent, un vent de liberté sur un monde prisonnier de sa noirceur. Malgré les ordres il continue son enquête, soulevant les sombres mystères d’un monde ou l’innocence est broyée. Il bouscule les esprits, dévoile peu à peu la vérité que la foule à l’extérieur refuse de plus en plus. Il n’y aura plus de coupable épargné par le pouvoir, plus de mensonges et de trahisons, la ville brillera de nouveau de la clarté de la vérité comme le soleil du désert. Tout ceci ressemble à une utopie que le temps se chargera de dévorer, chien des enfers, serviteur des ténèbres. Il reste l’espoir et le peuple qui cette fois n’accepte plus et finit par jeter à bas les idoles d’hier.


Le titre rappelle le L.A. Confidential de James Ellroy, il en possède la même noirceur, et la volonté d’examiner une ville à travers une enquête autour d’un meurtre. Nous penchons plus du côté de Parker Bilal et de son enquêteur soudanais Makana. Le film nous rappelle l’ambiance de la série et plus particulièrement du premier Les Écailles d’or. Tarik Saleh s’inspire de l’assassinat d’une célèbre chanteuse libanaise dans un palace de Dubaï en juillet 2008. Il démarre comme un police procedural, un crime, une enquête. Dans cette ambiance de ripoux où tout le monde est contaminé, Noureddine Kamal n’échappe pas à la règle. Au début, il reçoit sa part de butin qu’il ramène sagement à son oncle-chef du clandé des ripoux. C’est peut-être une première métaphore de cette Égypte rongée jusqu’au sommet de l’état. Des immeubles en ruines et des pancartes clament « Nous bâtissons l’avenir du Caire ». Est-ce une mauvaise blague ou de l’ironie ?

L’action se déroule dix jours avant la révolution égyptienne sur la place Tahrir où la foule commence à gronder. Peu à peu ce décor prendra plus d’importance pour finir par devenir un film politique. C’est un monde de noirceur où l’innocence comme cette chanteuse qui semble pure est broyée par les chiens de l’enfer. Peu à peu le corps de celle-ci et celui de son double, son amie chanteuse Gina reprenant sa chanson, fascinent notre enquêteur. Le Caire Confidentiel prend alorsdes allures de film noir et initiatique. C’est le parcours d’un homme descendu en enfer pour que triomphe le bien. Il entame un voyage au cœur des ténèbres où chaque personnage est un visage du démon qui hante nos sociétés. Il devient le guérisseur révélant l’âme pourrie et son enquête le scalpel qui tranche. Dans ce jeu de miroirs, il est rejoint par la foule en colère.

Le Caire Confidentiel se démarque par le regard qu’il porte sur cet état de fait, devenu une façon de vivre. La corruption appartient à la nature même de la société. Elle a toujours été là et le monde ne ce conçoit pas sans. La mort de la jeune fille, comme le bruissement du monde extérieur en Tunisie, montre qu’il peut en être autrement. Il soulève la question de la morale sous toutes ses aspects et ses limites. Il s’amuse du double, jeu de miroir entre les personnages et les images, jeu de la vérité et du mensonge de ce que nous croyons percevoir du monde comme une vérité acquise. Ils finiront par se briser sur la volonté de Noureddine, annonçant comme la foule se dirigeant vers la place Tahrir, le vent du changement lui aussi inéluctable. 

Patrick Van Langhenhoven

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


•  Titre : Le Caire confidentiel

    •       Titre original : The Nile Hilton Incident

    •       Réalisation et scénario : Tarik Saleh

    •       Photographie : Pierre Aïm

    •       Montage : Theis Schmidt (de)

    •       Musique : Krister Linder (en)

    •       Direction artistique : Eugenie Norlin

    •       Décors : Roger Rosenberg

    •       Costumes : Louize Nissen

    •       Sociétés de production : Atmo Production, Final Cut for Real et Ostlicht Filmproduktion

    •       Pays d'origine : Suède,  Danemark et  Allemagne

    •       Langues originales : arabe et plus secondairement en dinka, anglais et français

    •       Format : couleurs

    •       Genre : thriller

    •       Durée : 106 minutes

    •       Dates de sortie : 5 juillet 2017

Distribution

    •       Fares Fares : Noureddine Mostafa

    •       Mari Malek : Salwa

    •       Yasser Ali Maher : Général Kammal Mostafa, oncle de Noureddine

    •       Slimane Dazi : l'homme aux yeux verts (le tueur)

    •       Ahmed Selim : Hatem Shafiq

    •       Mohamed Yousry: Momo

    •       Hania Amar : Gina

    •       Ger Duany (en) : Clinton

    •       Hichem Yacoubi : Nagui « le Tunisien »

    •       Tareq Abdalla : Amir

    •       Ahmed Khairy : le chauffeur de taxi

    •       Nael Ali : Major Yosef

    •       Ahmed Abdelhamid Hefny: Saleh

    •       Emad Ghoniem : Capitaine Khalil

Distinctions

     Festival du film de Sundance 2017 : Grand Prix du jury de la sélection « World Cinema  Dramatic Competition »

    Festival international du film de Seattle 2017 : 4e place pour le Golden Space Needle Award pour Fares Fares

    Festival international du film policier de Beaune 2017 : Grand Prix