Cine-Region.fr
affiche Judo

Judo

___

Un film de Johnnie To ,
Avec Louis Koo, Aaron Kwok, Tony Leung Ka Fai,

Genre : Film d'action
Durée : 1h40
Hong Kong

En Bref

Hong Kong la nuit, un champ de maïs, une chanson, un vieil homme s’entraine au judo. Hong Kong la nuit, une boite de nuit, Tony un jeune homme provoque le vigile dans un combat amical. Dans ce bouge du bout du monde, Bo Sze-to, ancien champion de judo cuve son vin, sombre dans une nuit sans fin, dernière station avant la déchéance. Tony est venu le provoquer dans une ultime confrontation pour prouver sa vaillance et mesurer son savoir de judoka. Il manque à ce trio Mona, chanteuse en quête de gloire, silhouette errante dans une ville d’ombre et de lumière. Ce sont trois âmes en recherche d’un éveil, d’un sens à donner à une vie qui ne possède plus de port où s’amarrer. Entrainés par Bo Sze-to, nos comparses volent un caïd, déclenchant une série de réactions et de poursuites peu orthodoxes. Tony et Mona tentent de réveiller le peu d’estime qui sommeille dans le cœur de Bo Sze-to. Le vieux maitre de judo n’arrive pas à ramener son élève sur le tatami, même pour sauver le vieux dojo. Le chemin du karma est long et sinueux. Il empreinte des voies mystérieuses et troublantes, comme le fait le vieux maitre zen pour éduquer le disciple. Il existe un sens à ce non-sens, celui de l’éveil. Il attend notre trio au bout de la route. Ils trouveront la réponse à leur quête existentielle entre rédemptions pour Bo Sze-to, exil pour Mona, et choix pour Tony.


Johnnie To est un réalisateur hongkongais prolifique, surtout connu pour ses polars et ses films d’action en Europe. Son œuvre est multiple et polymorphe, embrassant, brassant plusieurs genres avec talent. Judo est sans doute son film le plus personnel, un hommage au premier long métrage d’Akira Kurosawa La légende du grand judo (1943), Sanjuro. Les influences du réalisateur viennent d’horizons différents, Melville, la Nouvelle Vague, Truffaut, voire Louis Malle Ascenseur pour l’échafaud, pour l’errance des personnages et la beauté des rues. Il mélange habilement le film d’arts martiaux et une quête identitaire en parfaite harmonie. Il suit les codes du genre, conflit entre dojos, valeur du maitre, jeune disciple en quête de reconnaissance. Cette ligne centrale rencontre l’univers des mauvais garçons, salles de jeux, tripots, cabarets à la musique de jazz interlope.

Il crée un univers propre et particulier s’inspirant à la fois des cinémas occidental et asiatique. Son trio nous fait penser à Jules et Jim, trois électrons libres éclairés par les néons de la cité, lancés dans les rues perdues d’une ville, entre orient et occident. Il nous donne à découvrir un art martial en apparence peu spectaculaire, le judo. Les chorégraphies sont magnifiques, les corps jetés comme des vies sans avenir, métaphore du combat intérieur des personnages. La séquence finale de la bagarre dans la cour du cabaret est un sommet de cinéma d’action. Le film d’action cache une quête identitaire profonde qui touche à l’éveil.

C’est d’abord la figure de Bo Sze-to, magnifique personnage perdu dans les limbes, détruit par l’arrogance de la défaite. Il n’est plus rien qu’une ombre titubante. Mona, jeune fille de bonne famille, lui ressemble en partie. Elle erre à la recherche d’un contrat qui la révèlera au monde. Pour l’instant, elle est trop vieille, trop ceci, trop cela. Tony cache un lourd secret, un avenir condamné à la nuit. Affronter chaque maitre devient une manière de rester vivant, de laisser une trace. Ces trois âmes en perdition se bousculent, se confrontent au monde pour enfin trouver la voie de l’éveil. À la fin, ils auront accompli la route du néant, du vide de l’âme jusqu’au cœur qui bat pour atteindre « KU », l’harmonie. Nous espérons découvrir d’autres films de ce réalisateur surprenant.

  Patrick Van Langhenhoven     

Note du support : n/a
Support vidéo : 16:9 compatible 4/3 format d'origine respecté 1.85
Langues Audio : français - Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Français
Edition : Carlotta


    Titre : Judo

    Titre original : 柔道龍虎榜, Yau doh lung fu bong

    Réalisation : Johnnie To

    Scénario : Yau Nai-hoi et Yip Tin-shing

    Pays d'origine : Hong Kong

    Format : Couleurs - 2,35:1 - Dolby Digital - 35 mm

    Genre : Comédie dramatique

    Durée : 95 minutes

    Date de sortie : 2004

Distribution

     Louis Koo : Bo Sze-to

    Aaron Kwok : Tony

    Cherrie Ying : Mona

    Tony Leung Ka-fai : Lee Kong

    Cheung Siu-fai : frère Savage

    Jordan Chan : agent de Mona

    Lo Hoi-pang : maître Cheng

    Calvin Choi : Jing

    Jack Kao : père de Mona