Cine-Region.fr
affiche Il Figlio Manuel

Il Figlio Manuel

___

Un film de Dario Albertini ,
Avec Andrea Lattanzi, Francesca Antonelli, Giulia Gorietti,

Genre : Drame psychologique
Durée : 1h37
Italie

En Bref

Manuel s’apprête à rentrer dans la vie d’adulte. A dix-huit ans il quitte le centre de protection des mineurs pour voler de ses propres ailes. Il aimerait bien trainer encore un peu en enfance, confronté trop tôt au monde des adultes. Manuel a un cœur grand comme l’envie d’embrasser le monde et de s’y perdre. Toujours à rendre service, il s’arrange pour recoller les morceaux d’une dispute, consoler une petite fille du centre, oubliant sa fragilité dans la balance. Manuel part pour une ville perdue, oubliée, de la côte. Il retrouve sa mère qui devrait sortir de prison si tout va bien. Le voilà devenu responsable de sa génitrice perdue dans les méandres de la drogue. Il lui faut trouver un boulot, peut-être auprès de ce boulanger, reprendre l’appartement à nettoyer pour l’inspection des services. Il prépare avec l’avocat l’entretien décisif pour l’accueil de cette mère qu’il aime au point de lui sacrifier les restes de son enfance. La vie sera belle une autre fois. Pour l’instant, il faut recoller les morceaux d’une vie.


Dario Albertini s’inspire de son documentaire La république des jeunes tourné en 2015. Le film nous entraine à la découverte d’un jeune garçon, déjà responsable des autres. C’est au cœur de ce centre que l’on découvre pour la première fois le personnage. Une animatrice lui demande de l’aide pour résoudre un problème avec un des petits. Une première image de ce cinéma-vérité nous frappe de plein fouet, une fenêtre, des barreaux et derrière, Manuel soulageant la douleur du cœur. Est-ce sa prison intérieure, celle de l’Italie d’aujourd’hui, de sa mère en prison, de notre âme ? C’est tout cela à la fois, métaphore de ce voyage que nous allons entreprendre dans ses pas. Caméra invisible, intimiste, elle prend le temps de saisir les visages croisés, les murmures du monde, les silences profonds qui en disent long.

Manuel s’exprime peu par la parole. Il laisse son corps raconter son histoire et le tourment qui se joue dans les recoins des chemins d’espérance. Il croise la route d’un vieux marginal avec sa machine à pousser régulièrement. Francesca veut devenir comédienne et s’occupe du vieil homme. Manuel et la jeune fille confrontent leurs désirs d’avenir. Il arrive enfin dans cette station balnéaire abandonnée, splendeur d’un temps où l’Italie rêvait d’embrasser le monde, comme lui. Ce sont les premières difficultés, les retrouvailles avec un vieil ami qui lui propose de tout quitter pour le suivre et monter quelques trafics. Manuel oscille entre vivre sa vie et laisser cette mère qui s’est noyée dans la drogue à ses propres soucis. Sans être une figure christique du sacrifice, c’est celle des âmes au grand cœur qui se perdent à sauver celle des autres.

C’est le premier regard d’un garçon que les adultes rendent trop tôt responsable. Cette figure, je la connais bien, quand l’enfance nous oublie, pour prendre en charge les plus grands. Le film peut aussi se voir comme l’Italie d’aujourd’hui dont l’avenir est entre les mains des enfants. La mise en scène est élaborée dans la lignée néoréaliste du cinéma italien cherchant à capter la vérité sans fioriture. Pourtant, les couleurs et la lumière changent avec le récit, passant du clair-obscur du début au bleu de l’océan où peut-être tout recommencera. On s’attache aux pas de Manuel et des personnages qu’il rencontre, nous donnant une image d’une Italie universelle. Le film s’achève sur une très belle séquence où enfin ce taiseux nous livre sans un mot le fond de son âme. Ici ou ailleurs, c’est toujours une histoire des cœurs brisés à recoller.

Patrick Van Langhenhoven

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


    Titre français : Il figlio Manuel

    Réalisation : Dario Albertini

    Scénario : Dario Albertini, Simone Ranucci

    Photographie : Giuseppe Maio

    Montage : Sarah McTeigue

    Musique : Dario Albertini

    Décors : Alessandra Ricci

    Costumes : Virginia Barone

    Pays d'origine : Drapeau de l'Italie Italie

    Distribution : Le Pacte

    Genre : drame

    Durée : 97 minutes

    Date de sortie : 7 mars 20182

Distribution

    Andrea Lattanzi

    Francesca Antonelli (it)

    Raffaella Rea (it)

    Giulia Elettra Gorietti