Cine-Region.fr
affiche Grâce à Dieu

Grâce à Dieu

___

Un film de François Ozon,
Avec Melvil Poupaud, Denis Ménochet, Swann Arlaud,

Genre : Drame psychologique
Durée : 2h17
France

En Bref

Alexandre, bien installé dans la vie, père d’une famille nombreuse et heureux en ménage, reçoit un véritable choc lorsqu’il constate dans la presse que le prêtre qui lui a fait subir des attouchements dans son enfance est encore au contact d’enfants. Catholique, croyant et pratiquant, il essaie d’alerter la hiérarchie du Clergé. Il se heurte à une passivité plus ou moins compassionnelle qui vise surtout à enterrer l’affaire. Au fil des rencontres, le traumatisme privé va devenir une affaire collective, publique et judiciaire. Ajoutons, au cas où ce serait passé inaperçu, qu’il s’agit bien d’une affaire réelle et actuelle, au point que le film a failli rater sa sortie. A l’arrivée, il a obtenu le Prix du Jury au festival de Berlin.


François Ozon réussit plusieurs tours de force en une seule œuvre. Tout d’abord, il évite le pamphlet, le film à charge. Ensuite, les personnages qu’il met en scène proviennent de milieux très divers et ont des parcours différents. Alexandre est un bourgeois lyonnais du genre catho tradi. Classique mais pas ostentatoire. François vient d’un milieu plus populaire. Il est moins policé, plus impulsif. Il masque moins ses émotions et s’empare de la constitution d’une association « La parole libérée » comme d’une bouée de sauvetage. Le plus jeune, le plus brisé, est Emmanuel qui, suite à ce qu’il a subi, n’a jamais pu vraiment se réaliser, vit sa vie instable sans réussir à retrouver confiance en lui-même.

Bien sûr, nous avons affaire à des acteurs, mais le réalisateur arrive à nous le faire totalement oublier, ce qui là encore est exemplaire. Il déroule le fil de l’histoire en montrant tous les obstacles qui se dressent dans la quête que mènent les protagonistes. Il rend évident le retentissement que la pédophilie peut avoir sur ceux qui l’ont endurée mais aussi comment tout l’entourage familial est impacté.

Le début est un peu lent et la voix off peut faire craindre un sermon cinématographique. Il n’en est rien. Plus Ozon déplie sa narration, plus sa subtilité devient lumineuse. Unis par la même démarche, les trois hommes au centre de l’action sont et restent dissemblables. Avoir vécu la même chose ne vous rend pas identiques. Loin d’être simplificateur et manichéen, Grâce à Dieu réussit une étude à 360 degrés. Et le choix de ne pas condamner unilatéralement rend encore plus fort le malaise que le spectateur peut ressentir. Monter une association, recueillir les témoignages, sortir du silence et agir a une fonction cathartique mais on devine que de tels événements dans une jeune vie ne peuvent que laisser de profondes cicatrices.

Grâce à Dieu est une totale réussite et rappelle que le cinéma peut avoir des fonctions sociale et intellectuelle en plus d’être un art.

 Françoise Poul

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


Titre original : Grâce à Dieu

    Titre anglophone international : By the Grace of God

    Titre de travail : Alexandre

    Réalisation et scénario : François Ozon

    Photographie : Manu Dacosse

    Casting : David Bertrand

    Montage : Laure Gardette

    Costumes : Pascaline Chavanne

    Décors : Emmanuelle Duplay

    Musique : Evgueni Galperine et Sacha Galperine

    Producteurs : Nicolas Altmayer et Éric Altmayer

    Sociétés de production : Mandarin Cinéma, FOZ et Scope Pictures, avec la participation de France 2 Cinéma

    Distribution : Mars Distribution (France)

    Pays d’origine :  France, Belgique

    Genre : drame

    Durée : 137 minutes

    Dates de sortie : 20 février 2019

Distribution

    Melvil Poupaud : Alexandre Guérin

    Denis Ménochet : François Debord

    Swann Arlaud : Emmanuel Thomassin

    Éric Caravaca : Gilles Perret

    Bernard Verley : le père Bernard Preynat

    François Marthouret : le cardinal Philippe Barbarin

    Martine Erhel : Régine Maire

    Josiane Balasko : Irène, la mère d'Emmanuel

    Hélène Vincent : Odile Debord, la mère de François

    François Chattot : Pierre Debord, le père de François

    Frédéric Pierrot : le capitaine Courteau

    Aurélia Petit : Marie Guérin, la femme d'Alexandre

    Julie Duclos : Aline Debord, la femme de François

    Jeanne Rosa : Dominique Perret, la femme de Gilles

    Amélie Daure : Jennifer

    Pierre Lottin : Didier

    Fejria Deliba : l'avocate de François

    Nicolas Bridet : Olivier Itaque

    Max Libert : Gauthier Guérin

    Nicolas Bauwens : Victor Guérin