Cine-Region.fr
affiche Donbass

Donbass

___

Un film de Sergei Loznitsa ,
Avec Boris Kamorzin, Valeriu Andriutã, Tamara Yatsenko,

Genre : Guerre
Durée : 2h01
Ukraine

En Bref

L’auteur nous projette lors de la séquence d’ouverture dans une caravane où des maquilleuses s’activent pendant que les personnes sous leurs pinceaux échangent des propos amers. Nous sommes dans le Donbass, région d’Ukraine qui sort peu à peu de nos mires occidentales mais où la violence continue, et pas seulement à bas bruit. Dans l’Ukraine orientale, les checks points tracent les contours de la porte de l’enfer, les mines truffent les champs, les soldats ont tous les droits dès lors qu’ils sont du bon côté de la force, les civils ne sont pas à l’abri et la vie quotidienne a pris des allures d’absurdité, comme toujours en temps de guerre.


Sergueï Loznitsa revient sur un sujet qui lui tient particulièrement à cœur, l’Ukraine, qui avait fait l’objet de son documentaire Maïdan en 2014. Le temps de l’espoir est révolu et cette fois, il opte pour une fiction documentée en treize séquences qu’il prend le temps de développer et qui montrent chacune un aspect différent de ce qu’est la vie dans ce pays déchiré. Le film est à charge. Les partisans de la Russie sont omnipotents. Ils se pavanent en seigneurs de guerre, intimident, sévissent, outrepassant souvent ce que quiconque peut supporter. De l’autre côté, les Ukrainiens rebelles se terrent comme des rats dans des abris où la promiscuité, l’humidité, le froid et l’absence d’électricité rendent l’existence insupportable. Et pendant ce temps, le quotidien s’impose. Le réalisateur prend franchement parti, et filme comme on hurle, rendant les personnages au mieux frustes, au pire, bestiaux.

Chaque scène, longue, révulse nos estomacs de nantis dans nos cocons douillets. La barbarie infuse et nul ne semble être surpris de voir un prisonnier attaché à un arbre pour lequel on encourage la foule à défouler sa haine. Un vent de vulgarité parait toucher tout le monde ou presque. Même le mariage devient une espèce de beuverie proche du karaoké des petites heures du matin. De temps à autre on voit passer ceux ou celles qui possèdent des richesses. On se doute bien de quel côté vont leurs sympathies. Le contraste est saisissant.

Un personnage résume à lui seul l’absurdité, en tant que parti pris de l’auteur. Il se fait réquisitionner son véhicule, ou plus exactement, les puissants l’ayant pris en jouant des muscles, le menacent de prison et le forcent à le leur céder. Et l’homme dit « mais je ne fais pas de politique moi, je fais juste du business. »

Donbass est un film fort, à charge, et par sa structure ne facilite pas toujours la compréhension des enjeux pour le spectateur. Mais finalement, Loznitsa le met au même niveau de confusion que les habitants. Bien sûr, on peut trouver le tout excessif, mais on peut aussi le voir comme un cri rauque qui dirait : « S’il vous plait, ne nous oubliez pas ».

Françoise Poul

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


  Titre original : Донбас

    Titre français : Donbass

    Réalisation : Sergei Loznitsa

    Scénario : Sergei Loznitsa

    Photographie : Oleg Mutu

    Montage : Danielius Kokanauskis

    Pays d'origine : Ukraine

    Format : Couleurs - 35 mm - 2,35:1

    Genre : drame

    Durée : 110 minutes

    Dates de sortie : 9 mai 2018 (Festival de Cannes 2018), 26 septembre 2018

Distribution

    Valeriu Andriutã : habitant du Donbass

    Evgeny Chistyakov : habitant du Donbass

    Georgiy Deliev : habitant du Donbass

    Vadim Dubovsky : habitant du Donbass

    Konstantin Itunin : habitant du Donbass

    Boris Kamorzin : habitant du Donbass

    Sergey Kolesov : habitant du Donbass

    Svetlana Kolesova : habitant du Donbasst

    Thorsten Merten : Michael Walter, le journaliste allemand

    Irina Plesnyayeva : habitant du Donbass

    Sergey Russkin : habitant du Donbass

    Alexander Zamuraev : habitant du Donbass