Cine-Region.fr
affiche Baby Driver

Baby Driver

___

Un film de Edgar Wright ,
Avec Ansel Elgort, Kevin Spacey, Lily James,

Genre : Thriller
Durée : 1h53
États-Unis

En Bref

Baby, le walkman vissé aux oreilles aime les belles voitures et la vitesse dans la cité. Elles l’emportent loin dans un autre monde où l’oublie efface tout. Quand vous volez un bolide inconnu, cela coûte cher. Cela vous oblige à bosser pour le Doc, un organisateur de braquages impossibles. Il est important, dans ces situations, de se tirer à l’arraché. C’est la marque de fabrique de Baby Driver. C’est un petit cadeau miraculeux pour l’équipe, un bonus avec sa conduite capable de vous extraire de toutes les nasses. Il faut une équipe différente à chaque fois, mais le même chauffeur pour vous emporter loin de la sarabande des sirènes bleues. La vie pourrait durer longtemps avec cette petite affaire, si un jour le gamin, la dette remboursée, ne décidait de tout laisser tomber. Doc est un vieux roublard et l’amour vous donne des ailes et de fortes pressions. Le petit cœur de Baby en pince pour la jolie Debora, serveuse dans un bar de la dernière chance. C’est un bon moyen de lui forcer la main. Et si, sous ses airs de nigaud, le petit cachait plus des neurones que ne lui soupçonne pas l’équipe ? Il faudra jouer serrer pour se sortir d’une impasse où la conduite extrême ne suffit plus. 


Baby Driver pourrait bien être la surprise de l’été, film remarquable sur un scénario assez basique. C’est en gros une bande de braqueurs, un conducteur fou et l’amour perturbant le jeu. La séquence d’ouverture avec sa course poursuite rappelle le choc de Bullitt. Mais il ne se contente pas d’aligner les échappées en voitures impossibles, il se dote d’une histoire entre Roméo et Juliette et les classiques de braquages. Tout tient dans sa galerie de personnages typés, entre le couple à la Bonnie and Clyde, le gros bras revisité et le cerveau manipulateur. L’innocence face à la noirceur du monde semble être la toile de fond du récit. C’est un amoureux de la vitesse à la vie brisée portant un lourd secret qu’il noie sur l’asphalte. La fuite en avant pour ne pas voir hier quand l’orage grondait et que le monde n’était que ténèbres. Il faudra bien redescendre en enfer pour sauver son Eurydice et retrouver le chemin du paradis. Il y a du mythe, du symbole dans une histoire simple sans fioriture et pourtant profonde. Tout se joue sur les non-dits, les secrets que les uns et les autres dissimulent dans leurs âmes. Au cœur de la nuit, c’est toujours la lumière qui se voit le mieux. C’est millimétré et précis, tout est à sa place et s’enchaîne pour surprendre le spectateur. Il redistribue les cartes du jeu d’une autre façon et la donne est magique. Les figures du genre, portées par des acteurs inspirés prennent un tout autre relief. Chacun dévoile une face cachée, un point sombre en écho à celui du driver. C’est pourquoi Baby Driver pourrait bien soulever l’engouement du public et créer la surprise de cet été.

Patrick Van Langhenhoven

Note du support : n/a
Support vidéo :
Langues Audio :
Sous-titres :
Edition :


    Titre original et français : Baby Driver

    Titre québécois : Baby le chauffeur

    Réalisation et scénario : Edgar Wright

    Direction artistique : Justin O'Neal Miller

    Décors : Lance Totten

    Costumes: Courtney Hoffman

    Photographie : Bill Pope

    Montage: Paul Machliss

    Musique: Steven Price

    Production: Tim Bevan, Eric Fellner et Nira Park; James Biddle, Liza Chasin, Adam Merims et Michelle Wright (délégués)

    Sociétés de production: Media Rights Capital, Big Talk Productions et Working Title Films

    Sociétés de distribution : TriStar (États-Unis), Sony Pictures Releasing France (France)

    Pays d'origine : États-Unis/ Royaume-Uni

    Langue originale : anglais

    Format : couleur - 2.35:1 - 35 mm - son Dolby Atmos

    Genre : comédie policière

    Durée : 115 minutes

    Dates de sortie : 19 juillet 2017

Distribution

     Ansel Elgort (VF : Gauthier Battoue ; VQ : Gabriel Lessard) : Baby

    Kevin Spacey (VF : Gabriel Le Doze ; VQ : Pierre Auger) : Doc

    Lily James (VF: Alexia Papineschi; VQ: Kim Jalabert): Deborah

    Jon Hamm (VQ: Patrick Chouinard): Buddy

    Jon Bernthal (VQ: Frédérik Zacharek): Griff

    Jamie Foxx (VF: Jean-Baptiste Anoumon; VQ: Benoit Éthier): Bats

    Eiza González (VF: Claire Morin; VQ: Catherine Brunet): Darling

    Flea (VQ : Antoine Durand) : Eddie No-Nose

    Sky Ferreira : la mère de Baby

    Lanny Joon (VF: Jérémy Bardeau; VQ: Martin Watier): J. D.

    CJ Jones : Joseph